La Désargence, une dérive…

par Saline Désargence… Quel mot curieux…
C'est un mot qui ne me laisse pas indifférente… Je m'appproche un peu et voici ce que je lis :
- « A quoi ressemblerait notre société si l'être humain faisait disparaître l'argent ? »
Je m'approche davantage et voici ce que j'entends :
- « C'est l'argent le problème, c'est lui qui a gâché l'humanité ! »


Les Baleines Je venais juste de revoir le film 2001, l'Odyssee de l'espace… Curieux film lui aussi mais combien intéressant, surtout quand on peut se référer au livre pour déchiffrer le sens de l'histoire…
… Juste de revoir Planète Interdite…, deux films riches d'enseignements sur le sujet de l'être humain et de son humanité (je parle ici des messages transmis par le film et non des plus époustouflants effets spéciaux).

Je pense pourtant sincèrement que le problème majeur dans notre société n'est absolument pas l'argent – mais l'humain lui-même.
L'ARGENT N'EST QU'UN OUTIL !!!
L'ARGENT N'EST QU'UN OUTIL !!!
Au début, le singe est herbivore. Il végète en se nourrissant des mousses qui poussent difficilement sur les cailloux et partage son territoire avec les autres animaux.
Brusquement, dans un éclair de conscience, l'outil se révèle à lui.
Il le saisit et tue le phacochère pour le manger – il devient carnivore.
Il est repu, il est fort, il est fier, il est debout.
Il décide d'aller reprendre le trou d'eau, son territoire dont « un plus fort » l'a chassé.
Brandissant son os-bâton, il crie, montre les dents, provoque l'autre chef qui s'approche, fort de sa première victoire.
Les manoeuvres pour impressionner l'adversaire se transforment en confrontation. Le chef ignorant l'outil est débordé, l'autre tue, s'acharne sur lui.
Le vainqueur comprend que son rival est mort.
Une étrange lueure s'allume dans ses yeux : la couleur de la domination, la perfide jouissance du pouvoir.
C'est la première fois qu'il ressent cette émotion, il en a l'eau à la bouche, il est déjà addict.
L'os-bâton est-il responsable ?
Est-ce lui le coupable ?
Doit-on interdire l'utilisation des os-bâtons ?
Cela éradiquerait-il le problème ?
Bien sûr que non car le problème n'est pas l'outil.
Le problème n'est pas dans l'outil.
Le problème est dans celui qui l'utilise.
Le problème est dans l'humain, dans le cœur de l'humain, dans son goût pour assujetir l'autre, son goût du pouvoir sur l'autre.

Si l'argent disparaissait, emmènerait-il avec lui cette jouissance du pouvoir sur l'autre ?
En décidant d'abolir l'argent, les humains feraient-ils ce travail de désintoxication ? Certains peut-être, une petite minorité certainement mais pas la majorité…
L'argent aurait disparu mais le goût du pouvoir serait toujours là, tapi au fond des cœurs et prêt à bondir, à ressurgir, plus meurtier encore car nourrit de sa réclusion.
A la première occasion, au premier outil à détourner, il arrachera tout sur son passage et en premier les courageux convaincus qui feront front…

Cette vision n'est pas pessimiste, elle est réaliste. L'histoire est pleine de ces tentatives d'abolitions.
- Krishnamurti - Entrer en soi-même, se connaître soi-même…
Si l'on veut comprendre les racines profondes des conflits communs à l'individu et à la société
- "car nous sommes le monde", nous devons remonter le courant de notre chaos personnel qui est à la source du désordre général.
Je considère la désargence comme un faux problème.
Le réflexe de chercher le coupable à l'extérieur de soi est maintenant périmé.
Nous sommes tous responsables.
Les choses sont ce qu'elles sont parce que nous les entretenons ainsi, tous autant que nous sommes !
Admettons-le, nous rêvons tous d'avoir du pouvoir sur les autres et de l'exercer.
Nous rêvons tous d'être le riche propriétaire qui ferait de tous ses désirs une réalité.
Nous rêvons d'être entouré de prestige, que tous nous considèrent avec respect et un soupçon de crainte servile…
Nous préférerions tous être le riche à la place du riche, celui qui commande et à qui l'on obéit, pour le bien de la comunauté bien-sûr

Tant que nous abritons de telles idées, le plus souvent inavouées, le chaos continuera de sommeiller en chacun de nous…
… et l'argent, les banquiers ou tout autre coupable savamment choisi n'y seront pour rien, car ils ne sont que le prolongement de notre chaos personnel.
Le Pouvoir Personnel !
Comme l'Argent, le Pouvoir n'est pas une mauvaise chose ; tout dépend du but poursuivi !
Assujettir autrui ne sert pas l'harmonie, mais quand il est dirigé vers soi, il devient pouvoir personnel ; l'idée consistant à se le réapproprier puis le développer.
Améliorer la qualité de sa vie, la qualité de la vie en général, assouplir ses préjugés, se considérer l'égal des autres (ne valoir ni plus ni moins) et accepter le partage… voilà autant de pistes (elles ne sont pas exhaustives) dans lesquelles investir son pouvoir personnel…
Et enfin, quand une belle direction est donnée à sa vie et que l'on est heureux de la cultiver depuis de longues années, notre tâche est de nous concentrer afin d'intensifier la qualité de notre pouvoir personnel… En vieillissant, on devient plus sage et plus fort.
Et L'Argent dans tout ça ?
De la même manière, il convient d'employer l'argent à de nobles desseins.
L'argent redevient un outil pour échanger, pour valoriser le travail, le sien et celui des autres…
Il devient BEL ARGENT car il est tout simplement utile pour vivre bien ensemble.
Les Baleines

Nous devons être fort pour accepter cette lucidité.
C'est le premier pas vers une humanité qui n'utilisera plus l'outil comme moyen de destruction mais comme tremplin vers plus d'harmonie entre les êtres.

La désargence est une dérive, une perte de temps et d'énergie.
Nous n'avons plus de temps à perdre.
Là est l'urgence : cultiver la paix, la fraternité, la liberté en chacun de nous.
C'est vraiment une question de Mort ou de Vie !


Je vous souhaite d'accueillir la lucidité et le courage nécessaire pour choisir la Vie,

Qu'il en soit ainsi,
Par: Saline.
Retrouvez de nombreux articles de Saline sur son site: " Hellissandre" ou "les Jardins de Saline" ici:
les textes et photos ont étés publiés avec l'accord des auteurs.
Copyright © 2016. Fabien Latouille Studio. All rights reserved.